c'est l'histoire d'un couple marié, elle arménienne pure souche, lui étranger, mais d'origine arménienne quand même (il faut pas déconner;, qu'est ce qu'il ferait ici sinon :)) Enfin toujours est il que ce sont des personnes remarquables, cultivés, intelligents, serviables, accueillant bref, les amis idéaux dans ce bas monde caucasien. En plus d'être un très bon ami, il est mon collègue, une des personnes qui comprend le mieux ma situation, et vice et versa. Mais revenons à nos moutons, ce n'est pas ma pure amitié qui me pousse à tapper ce message. En fait si.
Erevan, un nouveau terrain de jeu pour la mafia???/Thomas Seropian/Mai 2006/www.followtheway.info
Ce matin, il m'appelle. 7h. Voix blanche. Je ne viens pas travailler aujourd'hui. Elle s'est fait tirer dessus. Moi, petit instant de cogitation. Ils n'ont rien d'un couple de gangsters. Enfin je ne crois pas. Petit intervalle d'interrogation quand meme. "Attends, tirer dessus, avec des vraies balles? Qu'est ce qui vous arrive?" Lui : "une balle perdue, dans notre sommeil, elle s'est mise à hurler à mort, on est aux urgences là, et elle file vers le bloc opératoire." Après coup, elle a perdu quelques dents, mais elle a la tête dure, donc elle va s'en sortir. Une semaine à l'hopital. Il est méchamment sous le choc. Je le comprends assez bien. On se croirait à Lagos un petit peu, des balles perdues, des blessés par balle. Guerrilla urbaine, pourquoi pas???? Voilà, un billet qui n'a de valeur que pour (encore une fois dirait on) se rendre compte que finalement Yerevan n'est finalement pas la ville idéalisée que toute la diaspora se rend compte. Et que cette guéguerre ne mènera vraisemblablement à rien. Et aussi, d'un point de vue personnel, pour soutenir mes 2 meilleurs amis ici (et ailleurs qui sait), putain de merde je suis de tout coeur avec vous, si vous me lisez (et je sais que vous me lisez), courage et ne vous laissez pas faire.
This is the story of a marired couple,. She’s native Armenian. He’s foreigner, but with Armenian roots still (what the hell would he be doing here otherwise :) ) Anyway, these two people are outstanding, cultivated, smart, easygoing, welcoming, in brief everything you could expect in this Caucasian world. Moreover than being a really good friend, he’s a workmate, so he’s more than able to understand my situation, and the other way round. But back to our staff. I’m not here to blog about our friendship. But maybe yes indeed.
Yerevan, new playground for mafia???/Thomas Seropian/Mai 2006/www.followtheway.info
This morning 7h, he calls me. I won’t come to work today. Sh’es been shot. Me : a little floating moment. I’m thinking : they’re not the gangsta style to be into troubles. I guess not in fact. Me: “Wait a second, sh’es been shot? With real live bullets? What’s the fuck happening to you?” Him : “Apparently a lost bullet that went through our apartment window. During our sleep. She’s been screaming to death. We’re going to ER. Afterwards I got some fresh news. She lost a few teeth. But her head is heavy so she will get out easily after a week in hospital. He’s been heavlily shocked and I can understand it. Is Yerevan turning into an unsafe land a-la Lagos, Nigeria where lost bullets are a matter of fact. This post has only value for (and even we’ve been used to it seems) giving report that Yerevan is not this paradise city that diaspora is willing to dream of. And this stupid war is pretty much useless. And moreover, it’s in order to support my 2 dearest friends here in Armenia (and maybe elsewhere who knows). Fuck fuck fuck wou’re going to get this trouble out, and if you’re reading me (and I know you will one day), know that you have my full dedicated support for this troubles. Cheers.